Rétrospective des Ateliers du Goût dans les Ecoles : « Goût et Nez sont alliés », Genève, 18 et 19 septembre 2014

Les ateliers ont eu lieu le 18 septembre 2014 à l’école de Dardagny et le 19 septembre 2014 dans les écoles de Satigny Village et Satigny Mairie (Suisse).

La Semaine du Goût est un évènement qui existe depuis 2001 en Suisse, et qui a grandi et évolué d’années en années. Elle s’inscrit dans une démarche de développement et de sauvegarde du patrimoine culinaire. Tous les professionnels du goût ont ainsi l’opportunité de faire découvrir leurs produits (cuisiniers, producteurs de fruits, légumes, fromages, restaurateurs, œnologues), de faire visiter leur lieu de travail, ou de faire des ateliers de dégustation.

Exercices sensoriels
Un élève dégustant les saveurs (gobelets codés) et remplissant la fiche de dégustation

Aromaticienne, j’ai choisi de faire découvrir le goût à des enfants à travers mon métier et ma passion de « nez » des produits alimentaires. Chaque année, durant la Semaine du Goût, les écoles sont invitées à proposer des activités consacrées à la découverte du Goût. C’est à cette occasion qu’a été créé l’atelier pédagogique « Goût et Nez sont alliés », en collaboration avec Stéphane Zbinden, directeur des écoles du Mandement, Sylvie Barral, infirmière et Sidonie Fabbi, diététicienne au Service de santé de l’enfance et de la jeunesse (DIP). Cet atelier s’inscrit dans le cadre du nouveau plan d’études romand qui voit arriver depuis 2 ans l’Education Nutritionnelle (qui inclut des compétences en sensorialité et en éducation alimentaire) à l’école primaire en Suisse.

L’idée de cette activité est de mettre en évidence que le goût d’un aliment nous est apporté par nos 5 sens, et notamment les sens gustatifs et olfactifs. En d’autres termes, il s’agissait pour moi de proposer aux enfants ma conception du goût et de leur faire expérimenter. En effet, la langue française à un vocabulaire restreint pour décrire les sensations liées aux 5 sens, au goût et à l’odorat. Le mot « sentir » est d’ailleurs l’unique mot existant pour désigner à la fois : sentir en utilisant l’odorat (une odeur), sentir en utilisant le sens du toucher, se sentir (avoir le sentiment de) bien ou mal…

L’atelier s’est déroulé essentiellement sous la forme de jeux olfactifs et gustatifs, afin de : – prendre conscience du rôle de notre langue, qui sert à la détection des saveurs (salé, sucré, acide, amer, umami*) seulement,
– faire l’expérience de la rétro-olfaction. Les composants odorants d’un aliment, qui ont la propriété d’être volatils, vont circuler par voie orthonasale (remonter de la bouche vers le nez) pour aller être détectés par le système olfactif.
– En enfin, comprendre l’importance de notre « nez » qui nous permet d’identifier les arômes des aliments, et nous met en appétit!
*(non gouté lors de cet atelier)

En effet, s’il existe 5 saveurs détectées par la langue, le nez lui est capable de détecter des milliers d’odeurs différentes, qui seront stockées dans notre mémoire !

7 classes de 7p et 8p (septièmes et huitièmes primaires) ont participé à tour de rôle à l’atelier, et les élèves ont tous joué le jeu des dégustations et d’identification des odeurs présentées. J’ai constaté avec joie que la plupart des enfants arrivaient à reconnaitre les saveurs et les odeurs alimentaires présentées (citron, fromage, banane…) sans grande difficulté, en s’aidant de la « fiche de dégustation » (photo ci-dessus) prévue à cet effet, ce qui laisse croire en un avenir prometteur de leur sensibilité au goût !

Pour tout renseignement sur cette activité ou d’autres ateliers olfactifs et gustatifs, n’hésitez pas à consulter mon site internet La boîte à odeurs.

Voici également un lien vers des ateliers olfactifs mis en place en collaboration avec Caroline Reverdy et Françoise Herquel en EMS : Atelier olfactif EMS

Portraits de Marie-Anouch Sarkissian et Yun Qiu Wu, Genève, juillet 2014

Marie-Anouch Sarkissian

« L’art d’accorder musique et parfum »

(article rédigé par Caroline Reverdy en juillet 2014)

Marie-Anouch Sarkissian répéte avant la soirée musicale et parfumée

 Quelques heures avant le début de la soirée « Musique & Parfum » à Vernier-Genève (voir page accueil d’Odoratnews), Marie-Anouch Sarkissian m’a fait l’amitié d’un entretien.

Quel plaisir que de parler parfum avec cet érudit de musique !

En effet, Marie-Anouch Sarkissian est pianiste (interprète, professeur et compositeur) avec un solide bagage musical validé par un master de musique et musicologie à Paris-Sorbonne en 2007.

De plus, elle fait preuve d’une grande sensibilité qui lui permet de vivre des expériences de synesthésie (phénomène perceptif intuitif qui allie plusieurs sens).

Si certains musiciens allient intuitivement couleur et musique, Marie-Anouch Sarkissian y ajoute aussi l’odeur. De cette expérience intrigante, elle en fait son sujet d’exploration.

C’est ainsi que depuis 2005, elle s’intéresse au monde des odeurs, participe aux séances de l’Osmothéque (conservatoire des parfums à l’Isipca à Versailles) et rencontre de grands parfumeurs. En 2008, elle suit un stage de composition en parfum de l’ISIPCA à Versailles (Institut Supérieur International de la Parfumerie, la Cosmétique et l’Aromatique alimentaire).

De cet intérêt pour les parfums naitra d’abord une série de conférences et un travail de recherche alors que Marie-Anouch Sarkissian est chercheur associée au laboratoire de l’Observatoire Musical Français de Paris-Sorbonne sous la direction des professeurs Danièle Pistone et Michèle Barbe de 2009 à 2011.

En parallèle, les collaborations avec des parfumeurs de renom (Yves Tanguy, Dominique Ropion, Guillaume Flavigny, …) se multiplient et permettent à Marie-Anouch Sarkissian l’exploration de ce thème passionnant d’accorder musique et parfum. Le parfumeur ne compose-t-il pas depuis son orgue à parfum ?!

De ces rencontres, il s’agit avant tout de dialogues entre deux compositeurs : compositeur de parfum et compositeur de musique. C’est un échange entre deux artistes, entre deux processus créatifs. A partir de là peut naître une musique et un parfum ajustés sur-mesure l’un à l’autre.

C’est riche de toutes ces expériences et réflexions qu’elle nous a offert un spectacle de grande qualité où tantôt la musique était inspirée du parfum et tantôt c’est le parfum qui était inspiré de la musique. Cette soirée du 4 juillet 2014 était sous la présidence du parfumeur-créateur Jacques Masraff (avec qui elle collabore sur Genève) et le parrainage de Guillaume Flavigny. Elle était mise en musique par Marie-Anouch Sarkissian et Yun Qiu Wu. Deux pianistes talentueuses qui ont mené ensemble un travail de réflexion sur l’accord de la musique et du parfum, éclairant aussi leurs propos de connaissances scientifiques, telles que la théorie de Luca Turin et les neurosciences par exemple.

YUN_QIU_WU
La pianiste Yun Qiu WU

En tant qu’auditrice, j’ai eu la très grande joie de sentir des parfums et de ressentir des émotions musicales nouvelles et passionnantes… Quel bel accord, bravo !

Pour en savoir plus : Arts d’Essence (Etoy, CH) www.artsdessence.ch

A venir : un article scientifique sur le concept Interface Parfum-Musique® développé par Marie-Anouch Sarkissian paraîtra à l’automne 2014

Oliv’ au salon du chocolat, Genève, 27 et 28 octobre 2012

Le 27 et 28 octobre dernier avait lieu à Genève au BFM (bâtiment des forces motrices), le Salon International des Chocolatiers et du Chocolat – Le salon des vrais mordus -.
Le petit film « Oliv’ déguste une fraise » (voir onglet « outil pédagogique ») avait été adapté pour l’occasion afin de contribuer à rendre le stand « Aromeland » encore plus attractif et ajouter du sens aux explications des bénévoles.
Un témoignage des organisateurs : « Ce petit film a été regardé par petits et grands et apprécié grâce à sa qualité graphique et son sens pédagogique ».