Ko-ro : brûle-encens de Koya-san raconté par YUZU Voyages au Japon

Ko-ro (brûle-encens) par Yuzu Voyages au Japon
Ko-ro (brûle-encens) par Yuzu Voyages au Japon

Ce brûle encens vient de Koya-san, un des lieux les plus mystique des monts sacrés du Japon. Sise dans la péninsule de Kii , Koya-san est une cité qui invite à la spiritualité. Elle compte de nombreux temples et, dans ses forêts, le plus grand cimetière du Japon : quelques 200.000 tombes dont certaines sont millénaires.  Ce centre  du bouddhisme Shingon attire de nombreux pèlerins et, partout, l’odeur subtile de l’encens flotte dans l’air.

Matériel : charbon, cendre, copeaux de bois parfumés, brûle-encens en bronze
Matériel : charbon, cendre, copeaux de bois parfumés, brûle-encens en bronze

Après une marche sur un sentier forestier,  en arpentant la rue principale de la ville, je suis tombée sur un magasin ‘Daishido’, un magasin spécialisé dans la vente d’encens. J’y ai trouvé  le brûle encens de mes rêves, celui  qui sert à Sora-daki, une manière particulière de diffuser et  d’apprécier son parfum.

On ne brûle pas l’encens ; on le chauffe lentement et patiemment. Cette activité relève en quelque sorte de la méditation ; il faut prendre le temps de toucher et de s’imprégner des textures, celle de la cendre en particulier,  de préparer le charbon avant de l’enfoncer sous la cendre chaude. Lorsque tout est prêt, il faut saupoudrer les fragments de bois parfumé sur la cendre en évitant qu’ils ne brûlent car tout le plaisir olfactif en serait gâché.

Le bois parfumé est un mélange de quinze bois et racines (bois d’Agar, santal, cannelle, etc.). L’encens japonais dégage  une odeur délicate avec une rondeur particulière. Il me fait voyager et me ramène à Koya-san.

Pour en savoir plus sur l’auteur : Tomoko Sano Perret
Pour en savoir plus sur : YUZU Voyages au Japon ou info@yuzuvoyages.ch

Table ronde trans-disciplinaire « Esthétique de l’art olfactif », Maison de la Culture du Japon à Paris, Samedi 9 mai 2015

Autrefois et aujourd’hui, au Japon et en France : points de vue de philosophes, de scientifiques, et d’artistes.
Les deux philosophes Yoko Iwasaki (Université des Beaux-arts de Saga, Kyôto) et Chantal Jaquet (Université Paris1 Panthéon-Sorbonne) s’intéressent à l’esthétique de l’art olfactif. Yoko Iwasaki évoquera la particularité de l’esthétique olfactive japonaise, notamment du kôdô, art traditionnel du bois parfumé. Chantal Jaquet parlera de l’évolution des pratiques olfactives occidentales jusqu’à nos jours. Didier Trotier (CNRS), Roland Salesse (INRA), Sophie Domisseck (INRA) chercheurs en physiologie, expliqueront les mécanismes de l’odorat et la réceptivité des spectateurs d’œuvres olfactives. Maki Ueda, Boris Raux, Violaine de Carné, trois artistes olfactifs, nous présenteront leurs activités artistiques autour des odeurs.
9mai2015Une table ronde co-organisée par le Projet KODO et la Maison de la culture du Japon avec le soutien de l’Ambassade du Japon en France et la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa.

Programme :
14h30     –        Accueil
Message de la Directrice de la MCJP Message de l’Ambassade du Japon
Message de l’équipe du Projet KODO
14h55     –    Aspects philosophiques et historiques au Japon et en France
Yoko Iwasaki (Université des Beaux-arts de Saga, Kyôto)
Chantal Jaquet (Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
15h50     –     Points de vue de scientifiques
Roland Salesse (INRA)
Didier Trotier (CNRS)
Sophie Domisseck (INRA)
16h45     –    Points de vue d’artistes
Maki Ueda (Artiste-plasticienne)
Boris Raux (Artiste-plasticien)
Violaine de Carné (Comédienne – Auteur – Metteur en scène de théâtre olfactif)
18h00    –    Fin

En pratique :
                             Maison de la Culture du Japon à Paris
                             101bis, Quai Branly – 75015 Paris
Petite salle (rez-de-chaussée)
Entrée libre sur réservation sur www.mcjp.fr